Dernier changement:23/06/2009

Coopérative d’huile d’argan

Cette coopérative offre aux femmes la possibilité d’avoir un revenu supplémentaire. Ainsi, elles peuvent franchir le seuil de pauvreté et améliorer le cadre de vie de leur famille et l’avenir de leurs enfants. En coopérant dans une coopérative, la solidarité entre les familles est renforcée, le sens de la dignité augmente et elles ont naturellement aussi plus de prise sur leur environnement.

Il y a déjà plus de dix ans que la fondation est active dans la région. La présidente de l’association (Zohra Nait Oukafir) est originaire de la région et y dispose d’un réseau étendu. L’association supporte l’orphelinat Lala Amina à Taroudant et il y a un lien avec ce projet au niveau du contenu. Une coopérative augmente les perspectives d’avenir pour les jeunes femmes dans les villages. Ainsi, il y a moins de pression de partir vers les villes. De jeunes femmes, célibataires, qui partent pour les villes courent un grand risque de se retrouver enceintes et puisque la maternité célibataire est interdite au Maroc, ces enfants sont cédés à un orphelinat.

Etant donné que la coopérative de femmes vendait difficilement ses produits au Maroc, l’association belge a aidé à chercher une entreprise en Belgique. Le produit est maintenant mis en vente sur Internet : www.zargana.be

Le village Amzawro est situé dans le Haut Atlas à une quarantaine de kilomètres de Taroudant, dans le sud du Maroc. Il y a septante familles dans le village, ce qui revient à un peu près quatre cent habitants. Dans ces villages montagnards, il y a encore beaucoup de pauvreté et de sous-développement. L’économie y est limitée à une agriculture de survie. Celle-ci est compromise, les dernières années, par la sécheresse persistante. Amzawro est très isolé, la route qui va au village n’est rien de plus qu’un chemin peu praticable. La coopérative de femmes s’est réalisée avec le soutien de la Communauté flamande, du siège provincial limbourgeois, de la maison communale de Riemst et des autorités locales.

Nous vous en remercions de tout cœur.

L’Argana est une sorte d’amandier spéciale, l’Argana Spinoza, et pousse dans les montagnes autour de Taroudant. Les amandes donnent une huile très fine qui peut être utilisée non seulement dans la cuisine, mais aussi pour des produits cométiques et médicaux (spécialement les soins de la peau). Les femmes dans les villages ont eu une formation et une éducation (lire, écrire et calculer). Ainsi, elles pouvaient elles-mêmes gérer la coopérative. La Communauté flamande a aussi fourni du matériel et de l’outillage. Le but est que ces coopératives fonctionnent par leurs propres moyens.


De l’amande à l’huile d’argan Les noix de l’Argania Spinosa sont récoltées. Elles ont une peau très dure et elles sont cassées par les femmes de la coopérative. Ceci est un travail très intensif.

A l’aide d’un moulin à main, les amandes sont moulues en pâte, appelé amlou.

L’huile en est extraite.


Un arbre d'Argan


Les femmes dénoyautent les noix


Les femmes au premier plan dénoyautent des noix.
A l’arrière-plan elles moulent ces amandes à l’aide d’un moulin à main afin d’obtenir l’huile.


Zohra Nait Oukafir (présidente de la fondation) avec les femmes de la coopérative.


Ecales, noix et amandes de l’Argan.